Publié le

Lutter contre la calvitie : trucs et astuces contre ce mal ancestral

homme chauve qui pleure

calvitie homme

La calvitie est un véritable sujet de hantise pour la population masculine, et ceci depuis les premiers siècles de l’Histoire de l’Humanité. Souvent considérée comme dénigrante, il fallait tout faire pour s’en cacher. On s’en souvient, le célèbre et emblématique empereur romain Jules César aurait été chauve, et pour éviter les moqueries, il rabattait souvent les quelques mèches de cheveux qu’il avait en arrière vers l’avant. Le phénomène est donc très ancien, et malgré les nombreuses approches de solution testées durant des siècles, il n’est pas encore résolu à 100 %. Pour preuve, 13 % de la gent masculine française s’estimait atteinte de calvitie en 2015, contre seulement 2 % de femmes. En Belgique, il y a près de 4 millions de chauves masculins, et selon Futura Sciences, 80 % de la gent masculine mondiale y est confrontée avant l’âge de 70 ans.

Doit-on parler de calvitie ou d’alopécie ?

La calvitie est la forme la plus sévère de l’alopécie, anomalie qui se définit comme une perte accélérée des cheveux : on parle alors d’alopécie androgénétique. En général, un être humain normal perd de temps à autre des mèches de cheveux, à raison de 45  à 100 cheveux par jour. S’il arrive que la personne perde plus de 100 cheveux par jour durant plus de 2 mois, c’est qu’il y a alopécie. Si ce trouble s’accentue davantage au point d’atteindre le seuil de 175 cheveux perdus par jour, voire de le dépasser, il y a de fortes chances qu’il s’agisse de la calvitie.

Un mal qui ne s’en prend qu’aux hommes

La calvitie touche en majorité les hommes, les femmes n’étant que très rarement concernées. Elle apparaît souvent entre l’âge de 20 et 35 ans, alors qu’elle ne devrait être visible qu’à un âge très avancé, en raison du vieillissement de l’organisme. Mais aujourd’hui, il est très fréquent de rencontrer des hommes ayant moins de 50 ans, mais atteints de calvitie à un stade très avancé.

Les zones de la tête les plus touchées sont les tempes, le front et le milieu de la tête. Avec le temps, la tête entière se trouve dégarnie, rendant l’individu chauve à 100 %.

Les principales causes de la maladie

C’est bien triste, mais la principale cause de la calvitie est d’ordre génétique ! Beaucoup d’hommes deviennent chauves parce que leur organisme génère un excès d’hormones masculines, en particulier la testostérone. Les troubles sont encore plus grands s’il existe des antécédents familiaux, car le phénomène a tendance à devenir plus virulent en passant d’une génération à l’autre…

En termes clairs, il suffit d’être un homme pour être atteint de calvitie, à cause des hormones. Ensuite, si l’on a un parent chauve, on à 99 % de le devenir aussi et dans un délai bien plus court. Et pour ne rien arranger, d’autres facteurs comme le stress, l’angoisse, une alimentation peu équilibrée et une carence en vitamines H ou B6 ne servent qu’à empirer les choses.

Par ailleurs, la prise de certains médicaments peut aussi entraîner une perte rapide et totale des cheveux. Il s’agit de produits tels que les amphétamines et les anticoagulants. Enfin, certains shampoings ou articles de soins pour les cheveux peuvent aussi être responsables de la maladie, car ils sont trop agressifs pour le cuir chevelu et accélèrent la chute des cheveux.

Calvitie : faut-il en pleurer ou en rire ?

homme chauve qui pleure

Les cheveux sont un accessoire naturel de beauté et de charme. Tout au long de la vie, on les chérit, on en prend soin et on rêve de garder une belle coupe, parce que les normes socio-culturelles ont ainsi défini les standards.

Mais si l’on en croit la science, la calvitie n’est pas une fatalité, et encore moins la preuve d’un manque de virilité ou de charme. D’ailleurs, les conclusions des recherches du scientifique Albert E. Mannes parues en 2012 affirment que les femmes considèrent les hommes chauves comme étant plus intelligents et plus attrayants que leurs pairs dotés de longs cheveux. Ils sont même vus comme étant des mâles dominants, donc comme des hommes disposant d’une forte aura masculine et pleinement virile. Cette perception est d’autant plus renforcée que les principaux concernés sont effectivement beaux, sexys et super intelligents !

Jules César était un véritable séducteur d’après les récits de son époque, et à notre ère, des icônes du cinéma telles que Bruce Willis, Jason Statham, Dwayne Johnson et Vin Diesel sont là pour le prouver. Du côté des disciplines sportives, il y a Zinedine Zidane et Fabien Barthez qui ont été d’excellents joueurs, et qui eux aussi sont chauves. Il n’y a donc aucune raison de s’alarmer, même si la majorité des hommes chauves ou même ceux qui ne le sont pas continuent de considérer cette anomalie comme un véritable cauchemar.

Comment vaincre cette anomalie ?

De belles paroles ou des exercices de prises de confiance en soi ne suffisent pas, car la majorité des hommes chauves souhaitent retrouver une chevelure, et ceux qui ne le sont pas veulent à tout prix éviter de perdre leurs cheveux. Mais avant de tenter un traitement, il faut d’abord repérer les causes réelles du problème.

Pour les causes extérieures, qui sont liées à l’hygiène de vie ou à la prise d’un traitement spécifique, il est facile de résoudre le problème. Il suffit d’adopter de saines habitudes, de bien manger, d’éviter le stress et de s’épanouir, et surtout, d’arrêter la consommation ou l’usage de tout produit pouvant favoriser la perte de cheveux. L’utilisation de certaines recettes naturelles peut efficacement contribuer à un ralentissement rapide du phénomène, et aider à la repousse.

C’est dans le cas des causes génétiques qu’il est difficile de résoudre le problème, et que la médecine moderne doit intervenir avec les grands moyens. Il existe aussi bien des traitements médicamenteux que chirurgicaux, mais tous ne sont pas sans danger pour le bénéficiaire.

Les remèdes naturels à la calvitie

remèdes naturels calvitie

Ces remèdes, il importe de le rappeler, ne font pas des effets miracles. Ils servent surtout à ralentir le rythme de perte de cheveux et à conserver une chevelure acceptable, si l’on n’est pas atteint de calvitie très sévère. Ce sont essentiellement la spiruline, la levure de bière et le fenugrec.

La spiruline est une algue riche en zinc, en fer, en vitamine B6 et B12, en vitamine A, en Béta-carotène, en magnésium et en plusieurs autres éléments nutritifs essentiels pour l’organisme. Sa consommation régulière sous forme de complément alimentaire augmente l’apport en oligo-éléments de l’organisme et contribue efficacement à la régénérescence, au maintien et à la beauté des cheveux. Elle est souvent proposée à petit prix dans les commerces sous la forme de gélules, de comprimés ou même de poudre, afin que chacun puisse la prendre aisément et s’adapter sans difficulté à la posologie. Elle n’est pas utilisée en application directe sur le cuir chevelu, sauf quand elle est mélangée à certains shampoings.

La levure de bière est également riche en vitamines B, et elle sert principalement à fortifier les cheveux pour éviter qu’ils ne se cassent ou ne chutent rapidement. Contrairement à la spiruline, elle peut être appliquée directement sur les cheveux, car elle est parfois conditionnée en gélules ou comprimés qui peuvent être mélangés aux huiles essentielles (olive, coco, ricin) de traitement. On en prend aussi comme complément alimentaire, mais il est très important de respecter les doses prescrites par le fabricant ou le médecin traitant.

Enfin, les graines de fenugrec : leur poudre est abondamment utilisée dans les recettes de traitement de cheveux indiennes et maghrébines. Les graines sont broyées en poudre fine, laquelle est mélangée avec de l’eau pour avoir une pâte qui est appliquée sur les cheveux et qui doit agir durant 60 à 120 minutes. Ensuite, on fait un bon shampoing et on rince la tête. Le traitement est à effectuer au moins 3 fois par semaine pour obtenir des résultats probants.

Les médicaments contre la calvitie

minoxidil

Deux molécules sont admises pour le traitement de la calvitie sont connus sous le nom de « minoxidil » et « finastéride ». Les médicaments à base de minoxidil sont connus pour ralentir la chute des cheveux et il arrive même qu’ils favorisent la repousse. Ils sont conditionnés sous la forme de lotion ou de crème à mettre sur le cuir chevelu une à deux fois par jour. L’inconvénient principal est qu’il s’agit d’un traitement à vie : il est impossible de l’arrêter une fois commencé. En outre, les effets secondaires tels que les démangeaisons, les rougeurs, les sensations de brûlure et la sécheresse de la peau, sont omniprésents.

Mais ceci n’est rien en comparable aux effets secondaires de la seconde molécule, le « finastéride ». Plus connu sous le nom de Propencia, ce médicament est source de nombreux troubles graves chez certains utilisateurs : perte de libido, varices testiculaires, état anxieux et dépressif, idées suicidaires, pertes de l’élocution, troubles de la mémoire, etc. Avec de tels effets secondaires et des cas de suicide et de dépression qui pourraient y être directement associés, le Propencia a plutôt une mauvaise réputation.

Toutefois, d’autres médicaments pourraient être appréciés ou adoptés en raison de leurs effets secondaires bénéfiques : il s’agit notamment de la CsA, qu’on appelle aussi cyclosporine C, qui est habituellement prescrite pour éviter les rejets de greffe. L’un de ses effets secondaires est la stimulation de la repousse des cheveux, et les chercheurs britanniques pensent qu’il serait possible de trouver une solution en ce sens. D’autres scientifiques japonais effectuent également des travaux sur le sujet, en développant une méthode de culture des cellules souches des follicules pileux (cheveux) au laboratoire, laquelle pourrait être appliquée à l’homme dans l’avenir sans effets secondaires.

Mais pour pouvoir tester ces nouveaux traitements, il faudra patienter encore de nombreuses années, car les conclusions des études ne sortiront pas avant 5 ou 10 ans.

Le traitement chirurgical

opération calvitie
Il s’agit de la greffe ou de la pose d’implants capillaires sur les zones du cuir chevelu qui sont dégarnies. A priori, ce n’est pas dangereux et les résultats sont satisfaisants. Deux méthodes sont généralement utilisées par les praticiens, la FUE et la méthode de la bandelette.

La FUE ou Follicular Unit Extraction est davantage utilisée pour les calvities peu prononcées. Le chirurgien prélève à l’arrière de la tête du patient ou du donneur des follicules pileux à même son scalp, à l’aide d’un minuscule foret chirurgical. Les follicules ainsi recueillis sont par la suite implantés sur les zones dégarnies. L’intervention dure 7,5 heures en moyenne, et elle ne laisse pas une grosse cicatrice. Elle n’est pas non plus douloureuse, car effectuée sous anesthésie, mais des rougeurs et des irritations peuvent apparaître durant quelques jours.

La méthode de la bandelette respecte le même principe, à la différence que le chirurgien enlève une fine bande de cheveux sur la ligne reliant les deux oreilles via la courbe arrière de la tête. Les follicules ainsi prélevés sont alors redistribués sur les zones nues de la tête. L’opération est moins longue, car elle ne dure que 2 ou 3 heures… Mais elle laisse une cicatrice plus importante, et les irritations qu’elle peut provoquer ont tendance à durer une dizaine de jours. Autre inconvénient, elle ne peut avoir lieu plus d’une fois en un an.

Autre élément à considérer, toutes ces formes de chirurgie sont coûteuses. Il faut compter entre 5 000 et 6 000 euros pour la méthode de la bandelette, et entre 5 000 et 10 000 euros pour la FUE.

Laquelle de ces méthodes est la meilleure ?

Que l’on soit chauve ou sur le point de le devenir, la meilleure solution de guérison passe d’abord par de bonnes habitudes alimentaires, et par l’usage des bons soins cosmétiques. Ensuite, si l’on a des antécédents héréditaires ou une forte propension à l’alopécie, on peut envisager des méthodes plus radicales, comme un implant capillaire. Ces méthodes sont moins dangereuses et plus efficaces que les médicaments, mais elles demeurent coûteuses.

Pour les petits budgets, il existe la solution alternative des postiches et perruques. Elles ne coûtent pas beaucoup et quand elles sont bien fixées, personne ne remarque la différence. L’essentiel est de se sentir bien dans sa peau, et de limiter au maximum les effets négatifs que les traitements hasardeux peuvent avoir sur l’organisme. Il faut toujours se faire suivre par un professionnel et s’informer au maximum.

Source : blog d’info sur Curl Secret de la marque Babyliss